Chapitre 03 : une nouvelle vie...

    Partagez
    avatar
    Melian
    Admin

    Nombre de messages : 389
    Age : 35
    Localisation : Orléans :(
    Date d'inscription : 07/06/2008

    Chapitre 03 : une nouvelle vie...

    Message par Melian le Sam 14 Juin - 16:00

    Hors-sujet: pareil que pour le chapitre 02, normalement définitif, on est pas à l'abri de petits changement en cours de route! :p

    Plusieurs années avant les récents évènements, dans une petite ville du japon…
    La neige tombait doucement et commençait à recouvrir la ville d’un épais édredon blanc. Fubuky avait toujours adorée cette période de l’année, peut être parce que les derniers souvenirs qu’elle possédait de ses parents était ceux d’une famille faisant un jolie bonhomme de neige, ou peut être parce qu’elle avait toujours été fasciné par la beauté et la légèreté de ces flocons….Toujours est-il quand passant son temps à regarder ce splendide spectacle, elle oubliait un peu sa solitude…
    Cela faisait 5 ans qu’elle vivait dans cette orphelinat, 5 ans qu’elle était seule. Les autres enfants l’évitaient toujours et les employées de l’orphelinat ne semblaient pas très rassurées quand il fallait s’occuper d’elle.
    Des rumeurs courraient à son sujet, comme quoi elle serait maudite ou possédée par un démon. Ce sont ses rumeurs qui l’avait plongé dans la solitude et empêché son adoption par des familles. Fubuky ne comprenait pas pourquoi les gens pensait des choses pareils, n’était elle pas comme toute les autres petites filles de 11 ans? Certes parfois, dans ces rêves, il lui arrivait d’entrevoir des choses qui ne s’était pas encore passé. Mais pourquoi en serait elle pour autant maudite ? Beaucoup de prêtresses shinto avaient ce pouvoir sans être accuser d’être damnées. Elle secoua la tête comme pour chasser ces mauvaises pensées et décida d’aller profiter du spectacle de plus près en sortant dehors…
    Après s’être bien couverte, elle alla dans le grand jardin de l’établissement. Il faisait froid mais elle aimait ça. Elle enleva son bonnet pour mieux sentir les flocons lui caresser le visage. La quiétude s’installa alors en elle. Elle avait l’impression de ne plus avoir froid. Les sons de la ville avait disparue, elle était seule dans un désert blanc. Le calme l’entourait, elle respirait profondément comme pour s’en imprégner. Elle rouvrir alors les yeux et vit devant elle, caché derrière une sorte de voile de brume, deux silhouettes en train de jouer. Elles faisaient apparemment une bataille de boule de neige. Elles riaient de bon cœurs toutes les deux. Au son de leurs voix, Fu avait deviné que c’était de petites filles. Malgré le flou de ce rideau étrange, il lui semblait qu’elles avaient son âge. Soudain, l’une d’elle cessa de jouer et regarda dans sa direction. L’autre petite fille s’arrêta à son tour perplexe.
    -Hitomi ! Qu’est ce que tu fais ! Si tu ne te défends pas ce n’est pas drôle !
    -Attend y a un truc bizarre tu ne vois pas ? Y a quelqu’un la bas ! répondit elle en fixant Fu.
    Le cœur de Fu s’emballa, ce pouvait il que d’autres enfants soit comme elle ? La deuxième petite file s’approcha de son amie :
    -Ah ! Oui ! C’est une petite fille ! Coucou !! Tu viens jouer avec nous ?
    Pousser par son envie de ne plus être seule et cette impression puissante que sa place était avec elles, elle décida de les rejoindre. Mais au moment même où elle allait le faire traverser le rideau de brume, un cri déchira le silence et sa sphère de calme se brisa. Le passage disparu, elle se retrouva de nouveau dans le jardin, les bruits des voitures avait repris…
    Elle chercha d’où était venu ce maudit cri qui avait ainsi fait voler en éclat ce doux rêve. Des bruits de pas attira son attention, elle tourna la tête vers l’orphelinat, de nombreux enfant et les employés était rassemblé devant la portes, certains lui lançait des regards apeurer, d’autres mauvais. C’est alors qu’elle remarqua pourquoi une gouvernante avait hurlé en la voyant. Il émanait d’elle une légère aura argenté et les flocons tournait autour d’elle comme prisonniers dans un tourbillon alors qu’il n’y avait aucun vent.
    Honteuse et apeurée par ces évènements plus qu’étranges, elle couru vers l’entrée de l’orphelinat. Tout le monde se poussa avec hâte, et elle atteignit ainsi rapidement sa chambre où elle pleura longtemps. Personne ne vint la chercher pour le diner et elle fini par s’endormir les yeux rouges d’avoir beaucoup pleurée…
    Minuit était passé depuis longtemps quand un bruit provenant de la fenêtre la réveilla. Quelque chose grattait le bois et les vitres comme pour essayer d’entrer. Au début Fu se blottit sous ses couvertures apeurée. Puis aux bouts de longues minutes de réflexions, elle décida d’aller voir ce que c’était. Elle se leva et s’approcha doucement de la fenêtre… Elle étouffa un cri de surprise quand elle vit une splendide et mignonne petite hermine blanche qui grattait toujours à la fenêtre. Fu ouvrir délicatement la fenêtre et l’hermine se faufila à l’intérieur de la chambre. Elle fila alors sur le lit et se cacha dans les couvertures. Fu referma la fenêtre et alla rejoindre la petite bête. Celle-ci se blotti contre elle comme pour se réchauffer. Puis elle remonta doucement jusqu’au niveau de sa tête en la chatouillant légèrement. Fu se retrouva alors quasiment nez à nez avec l’hermine:
    -Et bien, dehors il ne fait pas très chaud ! Je suis heureux que tu m’ais entendu si rapidement !s’exclama t’elle alors.
    Fu étouffa un nouveau cri mais cette fois si de peur et, en voulant s’écarter de la bête parlante, tomba par terre. L’hermine s’approcha du bord et ajouta :
    -Et oui je parle ! Mais ne crois tu pas que pour un gardien et conseillé c’est plus pratique ?
    -Quoi ?
    -Je suis ton gardien et ton conseillé, en utilisant tes pouvoirs à un niveau assez puissant tu as montré aux dieux que tu étais désormais « réveillée » et ils m’ont envoyé vers toi pour que je te guide vers ta destinée !
    -Réveiller ? Mon gardien ? Fu ne comprenait plus du tout ce qui lui arrivait. Plus les heures passait plus le monde devenait incompréhensible pour elle.
    -oui ! Au faite je me prénomme Hisame ! ^^
    Fu osa enfin s’approcher de la boule de poils, et la caressa doucement. Hisame aux anges se mis sur le dos afin qu’elle lui gratte le ventre, ce qui fit sourire Fu. Ce fut le début d’une grande amitié et la fin de sa solitude…
    Plusieurs mois passèrent, Les rumeurs atteignirent son école primaire puis un an plus tard le collège où elle venait d’entrer. Et même là-bas désormais tout le monde l’évitait. Sauf un groupe de fille, pour son plus grand malheur. Leur chef Megumi Kurugane l’avait pris comme souffre douleur des la rentrée de sixième et depuis ne cessait de l’humilier. Fu n’osait pas se défendre, elle avait trop peur de perdre le contrôle de ses pouvoirs en s’énervant et de blesser des personnes. Heureusement, elle savait qu’en rentrant tous les soirs, une personne l’attendait et même si ce n’était qu’une petite hermine, elle pouvait se confier à elle et obtenir des conseils venant du cœur. Alors Elle tenus bon, ce qui énerva de plus en plus Megumi au fil de l’année. Cette dernière, fille de bonne famille, belle, populaire, très bonne élève, comment pouvait elle être exéquo dans toutes les matières avec une orpheline maudite qui lui faisait en plus l’affront d’avoir un moral à toute épreuve !
    Un matin de printemps, entre 2 cours, Hisame rendit discrètement visite à Fu.
    -Hisame ?! Mais tu es fou !
    Fu le saisi, le fourra dans son sac, et couru se cacher derrière un muret à l’abri des regards et des oreilles indiscrètes.
    -alors qu’est ce qui te prend de venir au collège !
    Hisame était surexcité :
    -Les dieux m’ont enfin données des nouvelles ! D’autres personnes comme toi ont réveillé leur pouvoir !! Je ne sais pas votre nombre exact mais dans ton ancienne vie, c’était tes sœurs de cœur !
    -Quoi ? Et c’est quoi des sœurs de cœur ?
    -Tout ce qu’on m’a dit, c’est que vous êtes plusieurs, et qu’autre fois vous étiez si proche que vous en êtes devenues des sœurs de cœur ! (Fu lui lança un regard interrogateur) Vous étiez liés par une amitié qui dépassait une simple relation humaine, ce lien était plus fort que celui du sang ! Et apparemment, il vous a fait renaitre à la même époque ainsi que dans la même zone géographique.
    Fu réprima l’excitation que lui avait transmise Hisame.
    -Et tu ne sais que ça ?
    -Oui, Pour l’instant. Je vais m’absenter quelques temps, (le visage de Fu se figea) ne t’inquiète pas, je ferais le plus vite possible ! Des que je les aurais retrouvées, je reviendrais vers toi pour vous mettre en contacte, je sens que le temps presse, je ne sais pas pourquoi mais plus vite on vous rassemblera mieux cela vaudra…
    Fu n’eu pas le temps de rajouter quoi que ce soit, qu’Hisame lui lécha rapidement la joue et disparue dans la végétation poussant derrière le muret.
    Ce fut une Fubuky malheureuse qui réapparue, l’idée de se retrouver comme avant totalement seule, sans personne à qui parler la déprimait déjà. Elle croisa Megumi qui par bonheur était trop occupé, à venter les mérites d’un lycée privée très réputé auquel elle revit d’étudier plus tard, pour la remarquer.
    Le reste de la journée fut longue et morne, ainsi que les 2 interminables semaines qui suivirent. Megumi était en pleine forme et cela se ressentait dans ses moqueries et ses mauvaises blagues. Fu n’en pouvait plus, encore une autre semaine comme celle-ci et elle allait exploser. Allonger sur la pelouse de l’orphelinat, elle regardait le ciel bleu commencer à s’empourprer annonçant le crépuscule. Il faisait bon maintenant, l’été était tout proche et la chaleur de la journée diminuait progressivement. Les grillons commençaient leur chant du soir. Le week-end tirait à sa fin et elle sentait le désespoir l’envahir. Elle commençait à redouter le moment où celui-ci allait se transformer en haine contre les autres personnes et surtout Megumi. La peur envahi son cœur, malgré tout ce que lui avait subir Megumi pendant cette année scolaire, elle ne voulait pas que quelques choses lui arrivent par sa faute. Elle sentit soudaine 2 auras étranges approchées. Des bruits de pas dans l’herbe puis 2 personnes s’installèrent près d’elle. Elle n’osa pas bouger sur le moment. Alors une voix douce s’exclama.
    - il n’avait pas menti, ton cœur est aussi pur que les neiges éternelles ! Et Malgré toutes tes souffrances, tu as conservé une âme empli d’amour. Pour moi tout est parfait.
    Fu sortit de sa torpeur quand elle eu la certitude que cette femme venait de lire dans le cours de ses pensées. Elle se releva d’un geste et fit volte face pour voir la sorcière qui avait osé violer son intimité. Elle fut surprise de voir 2 femmes jumelles en tout point sauf pour la couleur de leurs cheveux. L’une était brune et l’autre blonde. Leur regard était plein de tendresse et leur sourire lui donnait envie de se jeter dans leur bras pour en obtenir la tendresse qui lui manquait tant. Personne, jamais personne ne lui avait donné cette impression d’être…..elle n’arrivait pas à se le dire… d’être aimé…..
    La jeune femme brune inclina la tête comme pour s’excuser :
    -Je suis désolé d’avoir lu dans ton esprit, mais je voulais être sur que les puissants pouvoirs que tu possèdes étaient en de bonnes mains et je dois dire que je suis totalement rassuré.
    -Je... Mais…qui êtes vous …réussit à articuler Fubuky
    La jeune femme blonde se leva et vint à sa hauteur.
    -Je me nomme Asahi Tenshi et voici ma sœur Nishibi Chou. Nous sommes la pour toi c’est Hisame qui nous a parler de toi.
    Fu recula un peu plus. Hisame avait osé montrer ses facultés à d’autres personnes et en plus leur avait révélé son secret.
    -ne t’inquiète pas, ton secret est en sécurité avec nous. Sourit Nishibi en rejoignant sa sœur.
    -Moi je maitrise le feu si tu veux savoir et ma sœur l’air, nous sommes des prêtresses shinto comme toutes nos ancêtres c’est pour cela que dans notre ville personne n’a vraiment peur de nous. Evidemment cela à été fort différent pour toi. Déplora Asahi.
    -Si nous sommes la, c’est pour toi ! Nous avons chacune, une fille de ton âge qui se trouve être des âmes réincarnées comme toi. Hisame nous a raconté son histoire qui a été confirmé pas les gardiens de nos filles. Continua Nishibi.
    -alors nous avons décidé compte tenu de ta situation de t’adopter si tu es d’accord bien sur. Sache que de notre coté nous serions ravi d’avoir une nouvelle fille aussi belle et brillante que toi ! Ajouta Asahi
    -Est tu prête à nous faire cet honneur ? Celui de choyer et d’aimer une autre enfant béni des dieux ? Dire en fin en cœur les 2 sœurs.
    Une vague de bonheur et d’amour submergea alors Fubuky et oubliant tout ses malheurs, elle fit ce qu’elle rêvait de faire depuis qu’elle avait croisé le regard des 2 sœur, elle leur sauta dans les bras et pleura de joie et de soulagement. Sa vie ne se résumerai peut être pas à rester seule finalement. C’est seulement à cet instant qu’Hisame sortit du sac de Nishibi et alla cajoler sa protégée qui avait bien besoin d’être réconforté.
    *********************
    Ce lundi fut le plus beau de tout les lundis de sa vie.
    C’était son dernier jour dans cette ville de superstitieux ! Jour ? Non ! Ses dernières heures ! Un tour chez le proviseur avec ses 2 nouvelles mamans et pendant qu’elles finissaient la paperasse pour le transfert d’école, elle devait se rendre au bureau de la personne en charge des uniforme pour redonner les siens. Après cela, elle devait attendre ses deux mamans à l’entrée du collège pour aller prendre ses affaires a l’orphelinat avant de prendre la route pour Kyoto, ville de résidence de sa nouvelle famille. Alors qu’elle attendait tranquillement devant la grille de l’école Megumi s’approcha d’un pas conquérant !
    -Alors, Comment ça va la maudite ! On t’a vu sortir de chez le proviseur ! Tu t’es enfin fait prendre à tricher pendant les contrôles ! s’exclama t elle d’un ton à la fois victorieux et moqueur. Son groupe de copines ricana derrière elle comme des hyènes. Fubuky pris une grande respiration et se délecta de chaque mot qu’elle allait prononcer :
    -Non pas du tout ! Je me casse de cette ville paumée ! Megumi ! On m’a adopté et je vais aller vivre à Kyoto ! Et tu ne sais pas le meilleur ! Le lycée où tu rêve d’aller, possède un collège et il favorise d’abord pour l’admission les enfants des anciens élèves ! Et tu sais quoi mes 2 nouvelles mamans en sont ! Elles font même partit du comité d’admission ! Donc pour moi ca va couler de source après le collège j’irai directement dans ce lycée, sans liste d’attente ni tests ni concours ! Et si par malheur tu arrivais à y entrer je me ferais une joie de répandre pleins de rumeurs sur ton compte pour que tu sois montré du doigt et moquer partout ou tu iras .Là, tu comprendras à qu’elle point des gens comme toi et ta bande de vautours peuvent être horrible !
    Ces deux nouvelles mamans arrivèrent enfin sous les regards d’admiration des garçons et envieuses des filles. Leur beauté et leur prestance leur donnait une aura pleine de charme. Fubuky leur emboita le pas en lançant, victorieuse :
    -Bonne journée Megumi!
    Ce ne fut pas la phrase qui fit hurler de rage cette dernière mais le sourire radieux de Fubuky et son clin d’œil. Pourquoi ?! Pourquoi n’avait elle jamais craqué et comment s’était elle débrouiller pour lui volé SON rêve ! Elle planta son groupe d’amis sur place pour aller passer sur nerfs sur un ballon de volley (son sport favoris)…


    _________________

      La date/heure actuelle est Mar 25 Sep - 16:35